Les racines d’un chêne (3): hier comme aujourd’hui…

… »La cause réelle, la cause efficace qui fait perdre aux hommes le pouvoir, c’est qu’ils sont devenus indignes de le porter. »

Tocqueville, discours à la chambre des députés, juste avant la Révolution de 1848.

On ne peut pas gouverner durablement un peuple dont on se moque…

Les garçons fouettent les filles…

Voici une tradition pascale que je ne connaissais pas: en Tchéquie, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, 

« les garçons tressent avec des roseaux et des rubans colorés des fouets. Dans certaines régions rurales, le matin du lundi de Pâques, les garçons « s’habillent »  et font le tour de leur voisinage pour « fouetter » et arroser les jeunes filles en leur souhaitant des vœux. Les filles leur offrent des bonbons si ce sont des enfants, à manger et à boire, ou à défaut un verre d’alcool, si ce sont des adultes. Les garçons repartent avec des œufs décorés, des chocolats, etc. La tournée se termine à midi. »

Merveilleuse civilisation!

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Pâques

Énorme faute de français!

On n’écrit pas « CE QU’IL SE PASSE » mais « CE QUI SE PASSE »!

Même Twitter fait la faute…

Capture d’écran 2017-04-11 à 19.32.37.png

Twitter… Ça n’est pas une référence, mais ça touche tellement de gens… Ils pourraient faire attention à ce qu’ils écrivent! (et à ce qu’ils relayent) 😉

 

Petit rappel de grammaire

Dans la phrase « il se passe l’événement », « il » est le sujet apparent, le sujet réel est « l’événement » puisque cette phrase signifie: « l’événement se passe ».

Dans la phrase « l’événement QUI se passe », le sujet est « qui », pronom relatif ayant pour antécédent « l’événement ».

 

À titre personnel, j’ajoute que j’en ai marre, absolument marre, horrifiquement marre d’entendre dire -ou, pire, de voir écrit- « qu’il » à la place de « qui ».

Je n’irais pas jusqu’à affirmer, comme le ferait peut-être Stéphane Rose, que vous faites le jeu du Front National, mais en tout cas vous me sortez pas les trous de nez, bandes de petits zigotos!

Alors s’il vous plaît, soyez gentils, renseignez-vous, achetez un Bled… ou ne parlez plus? Non, ça n’est pas la solution… (parce que, bien entendu, une faute aussi répandue peut facilement contaminer!) Allez! Hop! C’est pas grave! « On disait » que personne n’a dit ça! On remonte tous dans le camion! et on rouvre les Bescherelles, aussi, ça ne fera pas de mal… 🙂

Ce qu’il y a d’extraordinaire, enfin, avec Internet, c’est qu’il y a des gens qui sont suffisamment sûrs d’eux pour affirmer dans des blogs ou des articles que la tournure « ce qu’il se passe » est correcte… Bof, tant pis pour eux; mais vous voyez, c’est important: si vous n’êtes pas sûr de quelque chose, ne l’affirmez pas, posez plutôt une question!

Voilà! C’était une petite leçon de français. Alors, c’est qui qui, qui dit merci à qui?

Les racines du chêne… (0)

Je veux partager ma pensée avec vous, échanger, débattre, construire…

C’est pourquoi j’ai résolu de publier quelques textes très courts qui seront autant de « racines » servant à nourrir notre pensée -le chêne-, pour qu’elle s’élève, qu’elle grandisse et se développe.

N’hésitez pas à réagir! Postez des commentaires, que vous soyez d’accord ou pas, je voudrais tant que cette construction soit partagée, vivante, dynamique…

Je compte sur vous!

Pour illustrer ces articles, je choisis cette photo que j’ai prise d’un CHEMIN entre les arbres. J’ai choisi l’image du chêne parce qu’il est vivant, organique, mais il est fiché dans le sol, il est trop statique pour représenter un idéal humain… Alors j’ajoute l’idée de la route, du voyage, du cheminement, qui est aussi l’idée de l’effort et de l’échange: il faut que nous soyons solides mais il faut aussi que nous avancions!